Sur les pas des Guides Pas Sages

23.09.2016 | Promenades dans les vignes

Laurent Chassot a mêlé passion pour l’Histoire des arts et pour les vins du Jura et de Bourgogne. Guide-conférencier, il a créé en 2010 avec Caroline Millet Les Guides Pas Sages. Son créneau ? Offrir des visites de la région entre Histoire et œnologie. Rencontre avec cet homme passionnant, qui nous livre ses secrets.

laurentchassot

Laurent Chassot aime servir des vins rares du Jura « à l’aveugle » lors des dégustations Prestige des Guides Pas Sages. Crédit photo Les Guides Pas Sages. 

 

Vous guidez les gens à travers les paysages du Jura, chez les vignerons, vous organisez des dégustations thématiques… Quel est le moment qui vous a le plus marqué depuis que vous êtes guide ?

Laurent Chassot : Je pense à une verticale – la dégustation d’une succession de millésimes – au Caveau de Bacchus, à Montigny-les-Arsures, qui a renforcé mon amour pour les Vins du Jura. Nous avons dégusté une vingtaine de Trousseau du millésime 2011 à 1981. J’ai été invité alors que j’arrivais comme un guide jeune. J’ai rencontré Vincent et Lucien Aviet, le fils et le père. Ce dernier est une mémoire vivante. Il a fait sa première vinification en 1961 !

 

Quelles sont les visites où vous vous sentez vraiment chez vous, vos incontournables ?

LC : J’aime beaucoup amener les gens à la cascade des tufs. C’est une leçon de géologie à ciel ouvert. Comme elle se trouve dans l’ancienne reculée glacière, nous comprenons comment certains types de sols peuvent être aujourd’hui à la surface. C’est cela qui permet d’avoir une variété de vins infinie dans le Jura. J’adore aussi les visites urbaines de Poligny, la ville au patrimoine le plus riche après Dole. Et puis Arbois où j’aime conduire les gens au belvédère de La Châtelaine, sur les ruines du château médiéval. Sans oublier un lieu essentiel pour moi, où j’organise des visites Prestige : la Cave de la Reine Jeanne.

La cascade des tufs, dans le Jura. Crédit Photo HUANG Zheng/shutterstock.com

La cascade des tufs, dans le Jura. Crédit Photo HUANG Zheng/shutterstock.com

Y a-t-il une courte anecdote que vous aimez plus particulièrement raconter ?

LC : Au Moyen-âge, la cour était itinérante et le duché de Bourgogne était un territoire immense. Marguerite de Flandre, la première grande duchesse de Bourgogne, voyageait systématiquement avec des tonneaux de galant, le macvin médiéval pour partie vinifié avec des épices.

 

Quand vous avez envie d’une bonne table, où allez-vous ?

LC : À l’Auberge du Grapiot [lien : http://www.legrapiot.com], à Pupillin. C’est un restaurant gastronomique avec un accueil simple et chaleureux. La cuisine est inventive et marquée par des produits régionaux et exotiques. Il y a aussi L’Iida-Ya à Dole où les plats japonais se laissent teinter des saveurs locales et s’accordent divinement avec les Vins du Jura.

 

Quel est votre meilleur achat en Vins du Jura dernièrement ?

LC : Lors de la dernière vente aux enchères de la Percée du Vin jaune, j’ai acquis une bouteille de 100% Trousseau de 2000, un AOC Arbois Cuvée des géologues, et une bouteille de Chardonnay du Château de la Muyre de 1975, un AOC Côtes du Jura. Elles seront ouvertes en décembre lors d’une dégustation Prestige que je prévois avec Les Guides Pas Sages.
Mes vins préférés restent les Arbois fait avec le cépage Poulsard, un vin couleur rubis, sauvage et épicé.

Vous avez aimé ? Partagez-le ! / You like it? Share it!

Twitter Facebook Linkedin Google+ Pinterest

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *